Categories

Méta :

Blogoliste

Search

Wade ou la personnalisation du pouvoir

octobre 26th, 2009 by e-services

          Le pouvoir de Wade reflète la personnalisation du pouvoir, voire la patrimonialisation du pouvoir. En effet, Wade  a soumis le Sénégal à une relation de patron client ou tout le monde lui est redevable. Une distribution des deniers publics s’effectue au nez et à la barbe des sénégalais qui restent impuissants face à cette situation. Comment expliquer que le Président puisse se permettre d’offrir  des terrains, des voitures, des billets d’avions pour la Mecque et de l’argent à une partie de la population ?

 On est au cœur même du mal qui gangrène nos sociétés africaines ou les gens ont cette perception que le bien public et l’argent de l’Etat  appartiennent au Président et qu’il en fait ce qu’il veut. On a l’habitude d’entendre que le Président Wade a donné à tel individu une somme d’argent et qu’il est généreux. Mais peut-on parler de générosité quand il s’agit l’argent du contribuable sénégalais !!!

 Ceci est une aberration totale car cet argent est le prélèvement de l’impôt des sénégalais et est redistribuer à la « clientèle » (marabouts, politiciens, artistes) de Wade. Comment expliquer que ces ministres qui avaient du mal à joindre les deux bouts avant l’accession au pouvoir de Wade construisent des villas somptueuses de plusieurs centaines de millions et se mettent à leur tour à distribuer des millions dans les cérémonies et meetings. Très vite il a fait voler en éclat cette notion de dignité chez les sénégalais en mettant en place la recherche effrénée du gain par tous les moyens.

Faut il préciser que le rôle de l’Etat est de construire des hopitaux, des écoles, des universités, des bibliothèques et de veiller au bien être de sa population dans tous les domaines. Aujourd’hui, au Sénégal nous avons un fossé qui se creuse entre des personnes de plus en plus riches étalant une fortune mal acquise et d’autres de plus en plus pauvres. Cette situation est due au gaspillage qui est fait au sommet de l’Etat. Abdoulaye Wade n’a pas le sens des priorités et a très vite montré ses limites quant à ses capacités de gérer le Sénégal.

En neuf ans le Sénégal a perdu sa crédibilité sur la scène internationale alors qu’en soir d’Avril 2000, il montrait au monde qu’une transition pouvait se faire par les urnes dans le continent. Les échéances de 2012 semblent très incertaines et seront les élections de tous les dangers.

Il  semblerait que nous assistons aux derniers délires d’un vieil homme sénile qui a ruiné les chances du Sénégal d’ETRE UN GRAND D’AFRIQUE.

                                                               

                                                                                                       BABACAR NDIAYE




Posted in Uncategorized |



Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 7 articles | blog Gratuit | Abus?